how Cinema can protect past Civilisations

share your perceptions, the differences between 'Milieus' (refractivities of light and colors, cross-cultural journeys or stand stills.)
Post Reply
User avatar
sylviajenepi
Site Admin
Posts: 32
Joined: Sun Nov 12, 2017 1:49 pm

how Cinema can protect past Civilisations

Post by sylviajenepi » Sun Mar 18, 2018 10:58 pm

WHITE ANGELS in IBIZA



Josep Lluis Sert regardait l'île d'Ibiza comme un espace isolé des influences extérieures. La culture insulaire a disposé de siècles ou de millénaires, pour, avec les moyens les "plus simples", réaliser
un mariage heureux entre le "naturel" et "ce qui est fabriqué
par l'homme". (Ibiza, strong and luminous, 1967).

Avec les nouvelles opérations immobilières "White Angel"
qui s'implantent à Cala Comte et à Talamanca à partir de 2019, le signe est lancé: l'insularité d'Ibiza sera complètement effacée en quelques années seulement. Avions privés, tankers touristiques et charters quotidiens, surtout depuis l'Europe et les Etats-Unis. Devenir-Nice, voire, devenir-Monaco des Pityusas. Rien ne peut arrêter les trésors de la Silicon Valley. Les Ayuntamiento des différentes communes de l'île, les principales familles de propriétaires ibizencs et locaux, s'enrichiront et pourront bientôt tous acheter leur appartement dans la tour "One 57" à Manhattan, avec vue vertigineuse sur Central Park. Alors qui habitera les blocs "White Angels" et les usines luxueuses qui viendront en séries à la suite de 2019: des nouveaux riches, qui auront fait fortune grâce au don de l'humanité. La société fabriquée des mains de l'intellectuel de Palo Alto, a donné une intelligence aux foules qui en manquaient. L'intelligence des foules a été donnée à ces mêmes foules. Des "data" sont prélevées dans ces foules planétaires, et des accélérateurs de calculs ordonnent les foules. Quelques décideurs (élus démocratiquement pour leur prestige intellectuel) se réunissent et "voient" plus clair, et tracent le meilleur des mondes possibles. Un nouvel Eden est réalisé, les tensions sociales sont évacuées, grâce aux pensées des algorithmes. Les interfaces et les algorithmes, sont dessiné(e)s par les penseurs de Palo Alto. On peut parler d'un Cerveau Collectif planétaire, auquel chacun est convié de contribuer. Un usager d'interface trace un nouveau chemin dans le Cerveau Collectif, il investit et établit une affaire, un commerce, dans un ordonnancement de data. L'environnement nouvel Eden, sanctifie celui qui participe, le prestige démocratique descend jusqu'à lui. Comme la reine Victoria, ou la reine Elisabeth II, le faste de la cour soulève et permet que quelqu'un "incarne" la fonction. Superposition. Mais le nouvel Eden n'est pas ubiquitaire: dans l'Univers, c'est une île, certes en expansion. Le penseur de Palo Alto doit assurer l'expansion. Il faut que le Cerveau Collectif puisse prélever des Data et interagir avec la mer qui entoure l'île. La mer est le Dehors, et les vestiges du monde qui n'ont pas encore été frappés par les signes d'expansion de l'île. Les êtres qui peuplent la mer du Dehors, à savoir: baleines, planctons, mouettes et oursins, voient l'île différemment, et donc le chercheur de Palo Alto s'intéresse à permettre une intégration de leurs mondes singuliers dans le Cerveau Collectif. Quelles sont donc les visions arrachées hors de ces mondes, à analyser afin qu'elles se réduisent ou se résolvent dans l'expansion de l'île des "White Angels"?

Il apparaît après recherche, au chercheur de Palo Alto, que les créatures marines ont un territoire. Selon Ray Birdwhistell (comment s'appelle notre chercheur?) la notion de territoire n'est pas seulement des "qualités expressives" en mouvement mais le territoire est lui-même en devenir, et correspond à la limite de la pression exercée par l'animal marin sur son dehors ( son dehors c'est les molécules d'eau, les sels, la lumière solaire, ses compagnons gémellaires). Les sentiments de la créature s'expriment toujours, au plus loin qu'ils peuvent, et le territoire est en mouvement, en devenir, selon une vitesse de croisière, qui est l'âme du poisson, de la mouette, ou de l'oursin. Il y a même une composition des vitesse de croisières dans le chaos et les reflets de lumières des vagues. Or voilà, que Birdwhistell observe ce qui replie sur elles-mêmes les limites du territoire des créatures du dehors de l'île: l'Eden des "White Angels". C'est dire: il observe l'aspect que prend l'île dans la vision des mondes marins. Que lui apprennent les algorithmes en prise sur les sondes et les data lancées par dessus bord de son "lab", embarqué sur son bateau de pêche? Mandelbulb. C'est un objet fractal à n dimensions. Chaque connexion offre une connexion à une autre connexion. Une dimension signifie une prolongation de l'extension, laquelle relève de la diffusion d'intensités. Le principe de notre île : c'est bien ça. L'ordinateur renseigne Ray Birdwhistell: la résultante des visions de tous les végétaux et animaux marins se traduit dans sa vision en un objet fractal, que l'ordinateur qualifie comme étant un "Mandelbulb". Ray passe toute la nuit à se demander comment intégrer le résultat de ses recherches dans l'île elle-même. Quel aspect Mandelbulb pour enrichir les habitants de l'île?

A l'aube, ayant rêvé de l'aube aux doigts de roses, déjà chantée par Homère, Ray se réveille avec une idée brillante, rose et digitale, et sensuelle, et même franchement haptique: les animaux marins ont encore une âme: une vitesse. Et pourquoi ça? Parce qu'ils ont un territoire en devenir, auxquels ils appliquent leurs considérations nocturnes et diurnes: ils ont un esprit, en plus d'une âme: l'esprit est la part du corps aux doigts de roses (les sentiments) qui calcule
l'harmonie des doigts de roses que sont les composantes émotives de cet ensemble irrégulier, en transformation et en déformation, que l'on nomme en effet le corps. Un monde animal singulier a un territoire qui s'imbrique dans un labyrinthe d'autres territoires. Un territoire n'est pas, contrairement à ce qu'avaient pensé Félix Guattari et Gilles Deleuze dans Mille Plateaux, un "avoir plus profond que l'être", les qualités expressives, comme la couleur du poisson caméléon, ne sont pas un avoir. Une interface est seulement l'expression de la pression de la vitesse, elle n'est donc pas déjà le signe de la propriété du poisson caméléon. Sauf à considérer un territoire selon l'angle de l'imbrication d'un territoire singulier dans un territoire collectif. Félix Guattari et Gilles Deleuze avaient proposé une définition extrinsèque du territoire en en faisant un "propre" de la créature. C'est pourquoi Ray était si heureux, car il pouvait considérer le cadeau qu'il allait pouvoir faire à la communauté des "White Angels". Chaque ange pourrait être doté d'une interface, lui assurant une vitesse singulière, une âme, si un esprit commençait à fonctionner dans le corps de chaque White Angel. Les algorithmes et le cerveau collectif, ne seraient plus la seule intelligence artificielle des foules, à chacun serait offert les moyens de penser par lui-même, et donc de "voir" le Mandelbulb dans sa relation avec la nature, éprouver son lien avec le dehors, découvrir pour cette raison un bon goût pour une nouvelle harmonie et une beauté, comme Sert l'avait découvert en son temps lors de sa première visite de l'île d'Ibiza, encore vierge d'influence extérieure.

Mais il fallait maintenant rentrer sur l'île avec le bateau et penser les interfaces dans leur rapport avec les white angels.

Ray Birdwhistell alla trouver Félix Guattari et Gilles Deleuze, deux "white angels" pleins aux as, car très prestigieux auprès des foules encore ignares.

--Félix, aide-moi à présenter l'aspect "Mandelbulb" dans les interfaces qu'utiliseront les "white angels" pour commercer et tracer un chemin dans l'intelligence collective. ( ainsi parla le premier, Ray...)
--Oh, dit Félix, c'est qu'il faudrait à mon avis que l'on s'exprime dans un film, qui est un appareil collectif de notre époque. Et dans le film, il faut montrer l'architecture, il faut penser l'articulation entre l'architecture harmonieuse, ou l'architecture virginale, vestiges d'époques antérieures passées dans le dehors marin, et l'architecture qui est l'expression du Mandelbulb que tu as trouvé dans les yeux des poissons caméléons.
--Oui, Félix, dit Ray, mais prends bien garde à ce que le territoire singulier en émergence dans les corps des différents "White Angels" auxquels nous à Palo Alto, nous conférons ce don de vision, ne soit plus conçu de façon extrinsèque ou en fonction de la vision de l'intelligence collective, car sinon la vision du Mandelbulb ne pourrait jamais passer dans les interfaces cinématographiques mises à la disposition des White Angels! Il faut imaginer une vision par intensités.
--Alors là, intervint Gilles Deleuze, j'ai bien réfléchi à ton interprétation de mon cogito temporel, alors sache le: il faut bien distinguer la science, l'art et la philosophie, eux trois se situent sur trois plans différents: l'un de Référence, un plan de ralentissement prodigieux des vitesses infinies, l'autre un plan de composition de variétés éclatées, de sensations propres aux mondes singuliers du dehors marin, et un plan d'immanence fait des variations d'intensités. Un plan est la plus courte distance, c'est une compression ou solidification, une coupe, qui peut se courber pour accueillir des intensités et croître, comme l'île "Mandelbulb" faite de rhizomes, des connexions de connexions, nomadisant à vitesses infinies comme des multiplicités, se fuyant ou se rassemblant, connectives.
-- Oui, dit Ray, je te connais bien aussi, tu préfères la synéidésie, l'oiseau dont les postures, les couleurs et les chants, sont les événements que tu nommes "intensités" et que tu distingues de l'énergie qui peut être absorbée par un état de choses. C'est que la synesthésie, la composition des sensations, n'ont fait selon toi qu'esquisser une œuvre totale. Plus riche en possibilité: la synéidésie. Les événements en survol absolu, sont le fruit du travail au coup à coup des concepts, élaborés jusqu'à ton épuisement, une fois dit que tu les as fait proliférer dans ton cogito temporel, formant un Mandelbulb. Alors que voilà ce que j'ai trouvé pour les White Angels, au large des côtes de cette île, certes leur esprit s'incarne et pourrait bien à chaque fois concevoir une œuvre totale, un peu comme cette figure de Goethe qui puisait ses expressions tantôt du côté de la Science, tantôt de celui de la Philosophie et enfin de celui du côté de l'Art, l'esprit au sommet de ce cône concevant l'âme elle-même comme composée dans un souci et une recherche d'harmonie de ses intensités composantes: le plan de l'art relève des expressions d'interfaces pulsées depuis l'activité de l'esprit et variant à la poursuite de la prolongation de la volonté de puissance du philosophe, créant de si fortes synéidésies, leurs volumes composantes survolant et évoluant dans le voisinage de l'esprit, proches donc du sommet actif dans le cône de l'âme. Leur volumes s'inscrivant au moyen de symbolisations en pleines variations, interfaces qui certes restent sous le contrôle de l'activité partant du sommet du cône du volcan, ne sont pourtant pas l'avoir plus profond que l'être, et si elles sont imbriquées, impliquées dans les territoires de mondes singuliers, saisies dans un territoire collectif, spécifique ou planétaire, mais elles forment cependant en leur sein, une vision du cerveau collectif et du Mandelbulb, dans son rapport très variable avec le sommet volcanique de chaque âme. Cette forme que prend Mandelbulb dans ses aspects hétérogénésiques dans l'interface pulsée depuis le sommet des volcans, est le côté relatif de la fonctionnalité des objets saisis par le cerveau collectif, c'est la mise en variation préhensive du cerveau collectif, la mise en variation des objets du plan de référence scientifique. C'est la part relative dans l'âme du White Angel, une zone tampon d'échange entre le trop de liberté donnée au cerveau collectif, et l'arbitraire du dehors dont proviennent les interfaces, volées aux créatures comme le poisson caméléon. Blanc sur Blanc, disiez-vous, Gilles et Félix, du plan géométrique de Jack Kerouac et Virginia Woolf. Mais la part absolue des âmes de White Angels, pourra intégrer et juxtaposer dans les interfaces esthétiques, les expressions des mondes singuliers autant que les expressions hétérogénésiques du Mandelbulb : il y a un produit fonctionnel (par traits solides) et matériel (c'est-à-dire relatif et à courbures, crescendo et decrescendo) du tout en tant que partie de l'âme singulière du white angel. Mais l'âme singulière reste productrice des expressions sur les interfaces. Les contraintes et les effets moraux de la juxtaposition des productions de laves de volcans sur les interfaces partagées par la communauté des white angels ne sont pas trop saisissantes pour les sensibilités expressives de chaque âme, puisque des lignes de fuites d'interfaces sont ménagées sur l'île. Les interfaces en effet viennent du dehors, ou baignent dans son milieu. Il y a donc eu un devenir-dehors des âmes des white angels. Il reste à permettre l'intensification de l'historique de ce devenir et de cette provenance. Nous revenons à ta proposition, cher Félix: il nous faut considérer l'origine des appareils-interfaces: les White Angels se doivent de bien connaître leurs qualités et liens avec les créatures marines du dehors. Et les liens relatifs de celles-ci avec leur dehors à elles, que nous nommons lumière du soleil, molécules, et entités gémellaires.
-- Oui, dit Félix, moi je suis juste cinéaste, et je vais évaluer ce que je peux faire en appliquant tes propositions comme elles viennent du sommet du volcan. Je veux donc voir ce qui, cette fois-ci, dans une image cinématographique, peut correspondre avec l'architecture et l'urbanisme de l'île d'Ibiza, architecture virginale, architecture harmonique, et architecture proliférant comme Mandelbulb.
-- Bien, dit Ray Birdwhistell, vas-y!
-- Oui, j'allais y aller, dit Félix. Les interfaces dont tu parles sont en fait des appareils qui mettent une portion de la communauté ensemble, dans un devenir. Un appareil peut être la Vénus préhistorique sculptée dans un os de Mammouth, le forum romain, un musée encyclopédique, un livre imprimé, une perspective cartésienne ou picturale, un yahoo group sur internet, etc. Donc il faut savoir si tel cinéma de quartier est une interface, ou si le cinéma que je projette de réaliser, et qui se proposera d'articuler un discours sur le devenir de l'île d'Ibiza, est lui aussi une interface. Comme je ne sais pas qui distribuera mon projet de cinéma, si le cinéma de quartier en voudra ou pas, je me bornerai à penser mon projet en tant qu'interface libre d'attaches avec une autre interface déjà fixée à l'avance. Mais ce que je sais, c'est que je veux parler de la protection du passé, et démontrer comment protéger les vestiges de l'architecture virginale et de l'architecture harmonique, afin d'enrichir et d'accroître le bien-être des Ibizencos qui sont censés eux protéger leur île de sa destruction par un Mandelbulb, au cas où trop d'influences étrangères éliminerait jusqu'à la qualité Ibizenca de l'île et des habitants, créant la désolation, et la perte du caractère attractif de l'île, et la ruine des habitants.
--Oui, c'est intéressant. Comment vas-tu t'y prendre pour protéger ce qui n'a pas encore été détruit, et qui protège l'île?
-- Il y a sur l'île des murailles, que Sert qualifiait de seul "monument" de l'île, car elles sont très imposantes. C'est la forteresse, qui protège contre les attaques des pirates. Les murs sont vraiment massifs, il faut voir. Déjà, on dira: comment rendre compte de cette fonction protectrice dans notre cinéma, afin 1) de rendre compte du caractère efficace de la protection, ou du moins de rendre compte de la fonction protectrice en tant que telle, dans sa singularité: cette muraille, celle-ci ici et maintenant 2) en quoi une fonction protectrice nous intéresse, car il faut nous protéger de la destruction par le Mandelbulb... Comment donc rendre notre cinéma efficace, doté de ce type de muraille protectrice du rayonnement Mandelbulb et de ses effets destructeurs, mais surtout nous demander comment notre film-muraille pourra protéger le virginal et l'harmonique sur l'île?
-- Cela reste intéressant, continue.
-- Oui, poursuit Félix. Ses Feixes sont une zone de culture et de migration d'animaux au sud de Talamanca, à quelques lieues des forteresses, d'un vert très tendre et prononcé, elles viennent d'un système d'irrigation tracé dans des marais et cette technique fut apportée par les Arabes dans l'île il y a presque mille ans. Un incendie volontaire en a déjà brulé huit hectares le 6 mars 2017. Comment installer dans notre film un objet en 3D qui agirait comme une zone d'échange entre les villas de luxe et les Feixes à proximité immédiate? Un objet qui installerait un dialogue entre ces deux réalités? Un objet un peu comme ces objets qui flottent dans l'"augmented reality" de nos smartphones et leurs écrans tactiles? Ménager les lignes de fuites des appareils-interfaces, est une nécessité due à l'illimité des interfaces sans territoires fixés, permettant la croissance des sensations sous le soleil, et la nuit, allant de la lune à la volonté, les émotions, et les devenirs qui créent l'étoile sous le soleil. Une fonction protectrice symbolisée par cet objet 3D à dessiner en notre film, conversations entre les Feixes et les villas, et zone d'archivage audio-visuelle symbolisée aussi. Un symbole dans un film, qui sera un appel à la création du symbole DANS la réalité, influence exemplaire à manifester un symbole de dialogue qui soit un appareil qui mette une portion de la communauté ensemble, cette portion incluant les habitants des Feixes et les habitants des villas, les "White Angels" dans une solennité événementielle d'un jour futur élaboré à partir de l'interface "augmented reality" du film. Pleine utopie créatrice d'une vie résolument déplacée, extérieure à l'utopie. Un objet qui serait plus que l'intégration de fonds d'archives audio-visuelles dans un film, un objet qui rendrait toute leur beauté et leur intelligibilité aux éléments qu'il fera entrer en dialogue, grâce à la zone protectrice des deux éléments qui se rencontrent grâce à cet objet: Mandelbulb et Ses Feixes. Intensification de la contemplation. Apprentissage du goût et création de l'intelligence du Mandelbulb. Appréhension non limitatrice de catégories en pleine dissolution: catégories d'Imagination, de Raison, unies: équivalence objective et profonde de la proportion, de la mesure et des apparences intuitives. Ses Feixes, comme premier exemple, à l'intérieur du film, qui sera suivi des exemples des ruines phéniciennes à Sa Caleta, de la réserve naturelle des oiseaux aux Salines, des quelques centaines de fincas qui restent plus ou moins debout à Ibiza, des constructions de Sert pas encore recouvertes par les White Angels en 2019... Vestiges virginaux des harmonies, en dialogues, richesses matérielles qui élaborent une parole dans un film, à travers le film, produisant vers un futur directement dans la réalité, une existence en devenir, hors du film. La doctrine du choc, pensée par Naomi Klein. Film muraille protectrice contre les incendies volontaires suscités par l'entrée du Mandelbulb dans nos vies.
-- On fera, dit alors Félix, entrer les personnages dans notre film.
a) Les paysans: les Ibizencs des origines, les groupes de danseurs et les joueuses de flutes.
b) les White Angels dont le territoire soit va les entrainer vers la tragédie, soit vers la satisfaction édénique. Quels seront les rapports, conflictuels ou adamiques, des White Angels avec leur environnement artificiel, nous verrons leurs décors et éléments ancrés dans notre film.
c) les grands propriétaires terriens, qui sont un peu comme les Hullupus: parallélépipèdes ambivalents, une collectivité niée ou affirmée par leurs peaux. Les Hullupus revêtus de peaux à textures vidéo.
d) il faut dire que tout ce film se passe à l'intérieur des textures de peau vidéo qui couvrent Lilith, dans le film "Broken Vessels: a Wedding". Sylvia Jenepi vit sur et dans la peau de Lilith. Journaliste étrangère mais sympathique pour notre projet de film dans le film, prophétesse qui par les signes qu'elle reçoit et émet, en son imagination et sa pensée, fait entrer et sortir, à la fois Hullupus et White Angels, à travers la membrane transparente vivant sur la peau de Lilith. Membrane translucide qui sépare le rêve réel, de son approfondissement dans les sensations.
d) un intellectuel du cerveau collectif: Ray Birdwhistell.

-- La construction du film correspond au moment sur une ligne de fuite future du lent rapport échangiste entre le "manufacturé du cerveau de l'homme" et le naturel. Ce rapport évoqué par Sert dans son livre de 1967, mais qui inclut d'autres habitants que ceux de l'île et de la mer: quels rapports entre les personnages du film et les objets échangistes de l'"augmented reality" dont on a déjà parlé et qui installeront un nouveau type de conversation que l'humanité n'a jamais connu. Entre les personnages et les "backgrounds", les fonds audio-visuels, les décors de toutes sauces à intelligibiliser, des zones à fonctions protectrices, des matières sensuelles, propres à défendre notre cause, et ravir les sens de tous les publics, jusque dans les replis, le film dans le film se déboîtant de lui-même retrouvant sa ligne de fuite directrice, et revenant dans le vrai film "Broken Vessels" celui qui raconte l'histoire de Hava et Lilith. Film qui se situe en Mésopotamie et dans l'espace intergalactique.






***





Mathyas Jacqmain,
Ibiza, le 18 Mars 2018.




Plus d'information sur le projet "White Angels" en chantier à Talamanca peut être trouvée sur le site internet : http://www.twatalamanca.com
Plus d'information sur le film "Broken Vessels" peut être trouvée sur le site de Mathyas Jacqmain: https://www.brokenvessels.xyz

Post Reply